Histoires de vélos – Archives

Charlotte Yan. Montréal, Canada

Charlotte Yan est arrivée au Québec en 2015 comme ingénieure mécanique. Adepte de la ‘Low technologie’ et intéressée par les questions environnementales, elle devient bénévole chez Cyclo Nord-Sud dès son arrivée et entame la construction d’un vélo smoothie : « L’idée vient du Guatemala, d’une association qui s’appelle Maya pedal, qui fait des vélos machines. »

Alfonse Frantz Derly. Thibeau, Haïti

Alfonse Frantz Derly est président des élèves à l’école Sainte-Croix de Thibeau depuis 3 ans. « C’était mon rêve depuis longtemps. Je n’aime pas la gloire. J’ai envie d’apprendre la diplomatie et de devenir un grand homme pour aider mes parents et aider mon pays. »

Kevin Luis Sirva Gonzalez. Aguada de Pasajeros, Cuba

Kevin Luis Sirva Gonzalez, 13 ans,  est élève en huitième année au Lycée Capitan San Luis. « J’habite à 2 km de l’école. Avant, j’allais à pied à l’école et je me sentais très fatigué. Quelquefois, j’arrivais en retard et je ne pouvais pas déjeuner. Le vélo m’a permis d’arriver plus tôt à l’école, moins fatigué. J’ai plus de temps pour faire mes devoirs. »

Mariam Gayya. Lomé, Togo

Mariam Gayya, élève au lycée de Sanguéra, Togo. « J’aime mon vélo parce que ça m’aide à aller plus vite à l’école, aux groupes de travail, au marché. Mes deux sœurs et mon frère bénéficient aussi du vélo, principalement mon frère qui doit parcourir une longue distance pour aller à l’école. »

John Kosi Amegonu. Hohoe, Ghana

John Kosi Amegonu, 35 ans, est propriétaire d’une boutique de vélos qu’il a hérité de son père, dont il a tout appris. Il achète des vélos à la Shape Lives Foundation, les répare et les revend. Il a aussi formé cinq personnes qui ont pu ouvrir leur propre boutique par la suite.

Franscisca Maria Chava Alvarez. Fomento, Cuba

Francisca Maria Chava Alvarez a 47 ans. Elle est directrice adjointe de formation professionnelle et de production de l’école Capitan San Luis. Mère monoparentale, elle doit faire de nombreux déplacements entre son lieu de travail et la maison. Le vélo qui lui a été donné dans le cadre du partenariat entre Cyclo Nord-Sud et l’Universitad Central Marta Abreu de la Villas a « changé sa vie ».

Père Jean-Luc Bourdeau. Ouanaminthe, Haïti

Père Jean Luc Bourdeau, directeur de l’école Ouanaminthe depuis 2010 et initiateur du projet École à vélo, destiné aux élèves les plus démunis :  « Je suis originaire des Cayes, une des villes où il y a le plus de vélos en Haïti. Dans ma famille il y a au moins 5 vélos, on a grandi avec, on  allait à l’école avec. Je me suis dit qu’il serait bien d’en faire bénéficier les élèves. »

Bradford Hurley. Montréal, Canada

Bradford Hurley, mécène, travaille pour le compte de la US environmental protection agency (EPA) pour informer la population sur les impacts des changements climatiques et les moyens individuels pour tenter d’y remédier. Fervent écologiste, il s’implique depuis 10 ans auprès d’organismes de solidarité internationale à qui il verse chaque année  12% de son revenu.

Mawuli Monkpoh. Lomé, Togo

Mawuli Monkpoh, élève en classe de première à Lomé, Togo. « J’ai reçu un vélo de la part d’Écho de la Jeunesse, ça m’a facilité la tâche je n’arrive plus en retard à l’école. J’ai aussi reçu une formation en mécanique vélo, ce qui me permet de le réparer seul, de réparer le vélo d’autrui et d’être payé pour ça. »

Osmany Sosa Castillo. Aguada de Pasajeros, Cuba

Osmany Sosa Castillo, meunier et mécanicien vélo à Aguada de Pasajeros, Cuba : « J’apporte mon aide à la réparation gratuite de vélos pour les gens qui sont reliés au projet développé par l’Université. Au début, il y avait beaucoup de réparations à faire, puis les gens sont venus pour faire des réparations simples, par exemple remplacer des pièces défectueuses. Aujourd’hui, nous ne faisons rien de compliqué. »

Éric Wagner et Corinne Barrat. Québec, Canada

Éric Wagner et Corinne Barrat, membres du Comité bénévoles de Québec de Cyclo Nord-Sud. En couple en vélo comme à la ville, Corinne et Éric se sont impliqués ensemble et organisent des collectes dans la région de Québec, pour s’assurer que  » les pays du Sud puissent bénéficier de ce moyen de transport extraordinaire. »

Aji Kpogi. Nyitakpo, Togo

Aji Kpogli, cultivatrice à Nyitakpo, Togo. Le vélo lui a permis d’envoyer son enfant à l’école et de pouvoir faire ses courses en farine et maïs dans d’autres villages, puisqu’il n’existe pas de moulin à farine dans le sien.

Gemina Antoine. Ouanaminthe, Haïti

Gemima Antoine, élève en classe de terminale à l’Institution Jean-Paul II, à Ouanaminthe. Elle a acheté un vélo à bon prix et ça l’aide beaucoup car elle habite très loin de l’école. Elle veut étudier l’agronomie pour protéger les plantes et les sciences politiques pour régler les injustices en Haïti.

Jean Lecompte. Montréal, Canada

Jean Lecompte est gestionnaire de campagne web et Président du CA de Cyclo Nord-Sud depuis 2015. Adepte du vélo en été comme en hiver, parce que c’est « la meilleure option pour se déplacer : Je ne suis pas Ghandi mais c’est ma façon d’agir pour les autres. « 

Alexander Kedje. Hohoe, Ghana

Alexander Kedje est le cofondateur de la Shape Lives Foundation, dont la mission est de développer des projets liés à l’environnement, à l’éducation à la réduction de la pauvreté et aux soins de santé.Avec le programme Vélos pour tous, implanté en collaboration avec Cyclo Nord-sud, l ‘organisme donne accès au vélo au jeunes et aux populations les plus défavorisées de la région de Hohoe.